Comptable d’entreprise : quel avenir ?

Par le 29 avril 2019

Les personnes qui évoluent dans cette fonction doivent s’interroger sur leurs compétences et leur employabilité à moyen terme.

Comptable

Quelles sont les qualités et les compétences nécessaires pour un comptable d’entreprise ?

Les qualités attendues d’un comptable demeurent inchangées mais s’étendent. En effet, ce métier est de plus en plus transverse. Si les qualités de rigueur, fiabilité et discrétion sont toujours exigées, on attend aujourd’hui davantage d’un comptable. La satisfaction de ses clients internes et externes est au cœur de sa mission. Pour cela, le comptable doit avoir une posture de conseil et de service vis-à-vis de sa clientèle. Il doit également mieux communiquer pour établir une relation de confiance en toutes circonstances.

Ainsi, le comptable doit disposer de plusieurs compétences :

  • techniques dans les domaines comptables, fiscaux et juridiques. Par exemple, réaliser un bilan comptable.
  • informatiques,
  • comportementales et relationnelles qui se rapportent à d’esprit d’équipe, l’écoute et la communication.

Quelles perspectives du métier de comptable ?

La fonction comptable connaît une certaine évolution. L’automatisation et la robotisation de certaines tâches vont conduire à éliminer progressivement les activités purement transactionnelles. Comme pour tous les métiers, la digitalisation des activités et l’intelligence artificielle vont modifier les organisations et réduire les activités humaines.

Pour autant, le métier conserve des perspectives de débouchés et d’évolution. Elles sont destinées à des personnes disposant d’une formation solide et s’inscrivant dans les exigences actuelles.

Avoir des compétences métiers liées aux chiffres

On constate malheureusement que pour de nombreux acteurs de la fonction, la spécialisation des tâches et la recherche de productivité ont conduit à une perte de compétences. Souvent, derrière le titre de comptable, les compétences métiers ne sont plus maîtrisées, voire se perdent. Pour conserver son employabilité, il est urgent de réagir en renforçant ses compétences techniques.

Renforcer ces « soft skills »

Aujourd’hui, les « soft skills » ont une importance capitale dans tous les métiers. Ce savoir-être permet de :

  • se projeter dans une évolution professionnelle avec confiance
  • envisager d’évoluer dans la filière des métiers du chiffre ou en dehors.

Il est d’ailleurs frappant de constater que, dans de grandes organisations, des parcours professionnalisants sont mis en place dans les filières comptables avec une composante « soft skills ». Qui plus est, cette dernière est l’aspect principal du parcours de formation. Cela était inconcevable il y a quelques années où l’expertise technique était la mesure principale, voire exclusive de la compétence professionnelle.

Quelle est la valeur ajoutée d’une formation certifiante ?

On peut s’interroger sur l’utilité pour des collaborateurs de suivre une formation certifiante en comptabilité comme Cegos peut le proposer.

Acquérir des compétences techniques solides

Le premier bénéfice de la certification est qu’elle permet aux participants d’acquérir des compétences techniques solides en comptabilité et fiscalité. Ainsi, ils pourront faire face aux obstacles de leur profession et progresseront plus rapidement. Ils seront également en mesure de donner du sens à leur activité :

  • pourquoi mon activité est importante ?
  • quels sont les enjeux ?
  • où se situent les risques ?
  • quels sont les contrôles à réaliser ?

Accroître son employabilité

Le second bénéfice est assurément la préservation ou le développement de son employabilité. La réforme de la formation professionnelle conduit à la fois l’entreprise et le salarié à prendre en main son parcours professionnel. Le maintien et le développement des compétences sont au cœur de l’employabilité.

Même si ces parcours de formation peuvent être longs, ils s’adaptent aux contraintes des professionnels en activité. Les participants acquièrent un niveau de compétences en comptabilité qui leur permet d’aller jusqu’à l’établissement des états financiers. On peut voir, par exemple, des assistantes qui exerçaient des tâches de saisie qu’elles effectuaient mécaniquement atteindre à l’issue du cycle de formation un niveau de compétences leur permettant d’effectuer de nombreuses tâches comptables en parfaite autonomie.

Développer ses « soft skills »

Le troisième bénéfice est le développement des « soft skills ». C’est un effet indirect très présent. En effet, la rencontre avec des pairs venant d’environnements variés, le contact avec des animateurs professionnels de la fonction et les techniques d’animation conduisent les participants à modifier leur regard et leur posture professionnelle. De plus, l’exigence de la certification les conduit à un effort de rédaction, de présentation à l’écrit et à l’oral. C’est à la fois une occasion pour les participants de développer des compétences de communication à l’écrit et à l’oral et de prendre confiance en leurs capacités.

En somme, la pratique du métier va évoluer et les tâches à faible valeur ajoutée vont décliner. Par ailleurs, les exigences de gestion et de pilotage vont encore s’accroître ouvrant plus de perspectives sur les métiers d’analyse et de gestion. Pour autant, au cœur du système d’information chiffré de l’entreprise demeure de façon immuable la comptabilité. La maîtrise de la technique comptable est incontournable pour savoir faire parler les chiffres.

Pour approfondir vos connaissances sur le thème de la comptabilité, je vous propose la formation Cegos Comptable unique

/5 - Voir tous les avis

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Blasco Maxime Il y a 7 mois

Merci pour cet article très intéressant. En effet les professions de la finance sont en plein mouvement. Selon beaucoup d’enquêtes, les métiers comptables (tout comme les métiers bancaires) sont placés en première ligne de cette destruction créatrice.
Je pense évidement qu’il ne faut pas plonger dans un pessimisme trop profond et voir ces évolutions comme une réelle opportunité : plus de communication, de compétences (SI, « soft-skills »…), de conseil et d’analyse.
Bien évidemment, cette transition passera pas la formation des comptables futurs et actuels à ces nouvelles compétences désormais indispensables.
Maxime, du blog https://controle2gestion.net

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.