La fonction finance et le management transversal

Par le 24 mars 2015

La croissance des entreprises, l’internationalisation, la spécialisation des fonctions, le développement d’organisations matricielles expliquent le développement du management transversal. En quoi les fonctions financières sont-elles concernées ?

Article rédigé avec l’assistance de Jean Pierre TESTA, responsable des formations au Management.

En quoi le management transversal concerne-t-il la fonction finance ?

Le manager transversal manage une activité permanente ou un processus et non une équipe. Il a besoin pour cela de la contribution d’acteurs souvent répartis sur différents sites ou dans différentes filiales sur lesquels il n’a pas de pouvoir hiérarchique.

La fonction financière est concernée au premier chef par ce type de management car une partie des équipes financières est fréquemment répartie sur différents sites géographiques ou filiales. Ces acteurs dépendent généralement hiérarchiquement d’un manager local et sont fonctionnellement rattachées à la direction financière.

Exemples :

  • Le directeur financier coordonne des contrôleurs financiers de filiale qui dépendent hiérarchiquement des dirigeants de chaque filiale ;
  • Le credit manager coordonne une équipe de chargés de relance ou de credit-managers répartis sur différents sites ;
    Le trésorier groupe coordonne un réseau de correspondants de trésorerie en filiale pour qui cette tâche ne constitue parfois qu’une partie de leurs missions ;
    Le responsable du contrôle de gestion coordonne des contrôleurs proches des responsables opérationnels ;
  • Le management transversal se caractérise donc par une relation triangulaire entre le contributeur, son responsable hiérarchique et le manager transversal.

Un accord doit être trouvé entre les trois pour définir la nature de la contribution attendue, les objectifs, le temps passé, les moyens mis à disposition. Le manager transversal veille à ne pas court-circuiter le manager hiérarchique, même s’il a un contact direct avec les acteurs.

Le challenge du manager transversal consiste à coordonner des contributeurs dispersés localement pour l’atteinte de ses propres objectifs globaux.

Parmi les fonctions financières, deux cas échappent à ce mode de fonctionnement :

  • la fonction comptable est moins concernée par ce type de management car les équipes sont le plus souvent centralisées au siège ou dans un centre de services partagés.
  • Lorsque les responsables financiers de filiale reportent hiérarchiquement à la direction financière du groupe pour préserver leur indépendance vis-à-vis du manager local. Dans ce cas, nous ne sommes pas dans une situation de management transversal mais de management à distance.

Quel est le rôle du manager transversal vis-à-vis des contributeurs ?

Le manager transversal apporte aux acteurs des ressources pour accomplir leur mission :

  • Il harmonise les politiques, les outils, les méthodes ;
  • Il capitalise sur les meilleures pratiques de chaque acteur qu’il codifie en procédure ou guide de bonnes pratiques ;
  • Il apporte son assistance et son expertise technique, qu’il met à disposition des acteurs, notamment pour gérer les cas les plus difficiles. Un mécanisme de délégation rend parfois son intervention obligatoire dans certaines situations. Par exemple, seul le credit manager groupe a le pouvoir de signer des limites de crédit à partir d’un certain seuil.

Quels sont les leviers d’influence pour tenir son rôle ?

Pour coordonner les acteurs sans avoir le pouvoir hiérarchique de récompense / sanction, le manager transversal développe son influence. Elle n’est pas manipulation car le manager transversal explique clairement ses objectifs et a une attitude positive vis-à-vis des acteurs.

Le premier levier d’influence est lié à la position du manager transversal. Dans la fonction finance, il trouve le plus souvent sa légitimité dans son expertise technique. Ses succès antérieurs renforcent cette légitimité. Il s’appuie également sur le manager hiérarchique qui validera les objectifs de l’acteur et sur son propre management.

Le second levier d’influence du manager transversal est lié à sa capacité personnelle à convaincre, entraîner, faire adhérer les acteurs aux objectifs liés à son activité pour les mettre en action.

Le troisième levier d’influence porte sur le caractère stratégique de l’activité pour l’entreprise.

Un vrai rôle de management

Le manager transversal coordonne des acteurs de l’activité :

  • Il détermine les objectifs de chaque acteur en lien avec leur manager hiérarchique ;
  • Il contribue à leur évaluation par le manager hiérarchique en lui apportant sa propre évaluation, en participant ou non aux entretiens d’évaluation ;
  • Il se soucie de monter leur niveau de compétence en organisant au besoin des formations ou en profitant des contacts informels avec eux ;
  • Il fait former les nouveaux arrivants par un pair confirmé ;
  • Il facilite les échanges entre les différents acteurs en organisant par exemple des audits croisés, des groupes de travail, des séminaires ;
  • Il développe l’émulation entre eux en créant par exemple un tableau de bord comparant la performance des différents acteurs ;
  • Il valorise l’activité auprès de ses acteurs et de l’ensemble de l’entreprise en exposant la contribution de l’activité à la performance globale de l’entreprise,
  • Il s’efforce de créer un sentiment d’appartenance à la fonction,
  • Il se soucie de l’évolution des différents acteurs en suggérant avec l’accord du manager hiérarchique une promotion, un changement de fonction horizontal, ….

 

Pour aller plus loin

Formation : Management transversal
Cycle : Manager tansversal
Cycle : Directeur financier
Formation Directeur financier : Améliorer la performance de votre fonction

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.