La comptabilisation du goodwill

    Par le 8 avril 2013

    Dans les comptes consolidés le goodwill représente un poste particulier qui traduit les opérations de croissance externe menées par un groupe. Il représente dans certains groupes un poste d’actif très significatif qui parfois équivaut à la presque totalité des capitaux propres consolidés. Bien évidemment, il est important de comprendre comment il se calcule et comment il évolue selon le référentiel comptable appliqué.

    Des divergences significatives entre les normes IFRS et françaises

    Comme le résume le tableau ci-dessous, les divergences entre les règles françaises et les normes IFRS demeurent significatives. Cela montre à quel point ce concept de goodwill demeure discuté et discutable, examinons les principales divergences.

    comptabilisation goodwill

    La comptabilisation des coûts d’acquisition

    Focalisons nous sur trois aspects du calcul du goodwill traités de façon différente entre les normes IFRS et françaises.

    Les coûts imputables à l’acquisition sont soit intégrés dans le coût des titres, soit comptabilisés en charge selon le référentiel comptable ce qui bien évidemment a une incidence sur le montant du goodwill. La comptabilisation de ces dépenses à l’actif se justifie à notre avis par la simple comparaison avec ce qui se pratique sur les autres catégories d’actif où les frais encourus sont pour l’acquisition sont toujours inclus dans le coût de l’actif. De plus, lorsque l’on s’interroge sur la rentabilité d’une acquisition, l’investissement sera toujours apprécié en incorporant les frais d’acquisition.

    En définitive, les frais d’acquisition sont toujours des charges, elles seront constatées soit immédiatement, soit par le biais de l’amortissement, soit en minorant la plus-value lors de la cession.

    Amortissement du goodwill

    Les règles françaises maintiennent l’obligation d’amortissement des écarts d’acquisition. Cette pratique prudente a pour conséquence de minorer le résultat consolidé et les capitaux propres puisque année après année le goodwill tend à disparaître des comptes. Cette pratique a le mérite de la simplicité mais elle traduit très imparfaitement la réalité économique.

    En effet, le goodwill n’a pas vocation à être consommé par l’effet du temps mais plutôt à augmenter par le développement de l’activité. La position IFRS parait donc plus fondée, néanmoins la difficulté d’estimation des goodwill dans le cadre des tests de dépréciation rend l’appréciation comptable difficile. En définitive, la solution de l’amortissement même si elle est imparfaite a le mérite de limiter les questions d’évaluation à la simple durée de l’amortissement.

    « Full » goodwill

    La notion de goodwill complet a été introduite par la norme IFRS 3, cette approche résulte de l’évolution de la nature accordée aux minoritaires et de la vision d’un groupe comme une entité économique et non une simple entité de contrôle. Cette méthode consiste à évaluer les intérêts minoritaires à la juste valeur et à leur attribuer une partie du goodwill dégagé lors de l’acquisition.

    L’application de la méthode du goodwill complet demeure optionnelle, l’option se formule à chaque regroupement. Manifestement, cette méthode a aujourd’hui peu d’adepte. L’exercice de revue post-implémentation de la norme IFRS 3, prévu pour 2013, permettra peut-être de revenir à une méthode comptable alignée sur ce qui est le mieux compris par les lecteurs des comptes.

    Comme nous le voyons, le sujet des regroupements d’entreprises demeure un sujet comptable très ouvert, gageons que les règles connaissent de nouvelles évolutions dans les années à venir.

     

    Pour aller plus loin

    Formation : Analyse financière des comptes consolidés et normes IFRS

    Formation : Consolidation des comptes

    Formation : Pratique de la consolidation des comptes – Niveau 1

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    nancy mikala Il y a 1 année

    Les article sont très bien élaboré , ce qui pousse déjà à lire c une bonne. Quant au contenu, il est claire cependant je vous propose d’inclure des exemple qui pourraient à mon avis mieu édifier les visiteurs de votre site.

    Répondre

    Chérif-Jacques Allali Il y a 6 heures

    Vous n’êtes pas à jour de la réglementation, en particulier de la réglementation française en matière d’écart d’acquisition ! Le traitement comptable du fonds commercial a également évolué dans les comptes individuels.

    Répondre