Optimiser les coûts de transport

Par le 3 janvier 2020

Le transport sur ventes peut être appréhendé comme un poste de coûts, ou comme un facteur de compétitivité. Le choix du mode de transport a des incidences commerciales sur le délai de livraison client, sur le prix de vente global et l’image de l’entreprise, mais également des incidences opérationnelles sur la gestion des stocks et les emballages. C’est donc un élément de la stratégie de l’entreprise.

transport

Choisir un mode de transport approprié

Le choix d’un mode de transport doit concilier, d’une part les objectifs du service client vis-à-vis de l’externe (efficacité : quantité, qualité, délai), et d’autre part les objectifs internes (efficience : contraintes économiques).

Plusieurs facteurs influencent le choix :

  • le délai ou la durée de transport, facteur essentiel. Plus le délai est long, plus la durée du stock risque de s’allonger,
  • des critères techniques qui tiennent compte de la nature du produit à transporter (volume, poids, fragilité, dimensions, dangerosité du produit…), des contraintes en termes d’emballage, et du mode de gestion des stocks (délai moyen de rotation, juste à temps),
  • des critères financiers qui couvrent la valeur intrinsèque du produit (pour ceux à faible valeur, privilégier le transport maritime au transport aérien), le risque de change, les pénalités de retard… un arbitrage avec le coût de possession des stocks (à cet effet, suivre le ratio : coût de transport / coût de possession des stocks),
  • la stratégie de communication de l’entreprise qui souhaite mettre en avant son engagement à réduire les émissions de CO2.

Le contrôleur de gestion peut établir la liste des facteurs déterminants permettant de comparer différentes solutions entre elles afin de choisir la plus appropriée pour l’entreprise. L’analyse comparative peut porter sur :

  • le mode de transport : transport principal, pré-acheminement, post-acheminement,
  • le nombre de ruptures de charges,
  • les intervenants,
  • le coût de transport : fret, emballage, assurance, pré-acheminement, post-acheminement, frais annexes, frais fixes. Ce coût pourra être rapporté à la valeur de départ,
  • les délais en jours de transport, d’attente, de pré-acheminement, de post-acheminement, et au global,
  • la sécurité (de + à +++) du transport et du délai

A lire >> Les coûts cachés de la diversité de l’offre


Piloter les coûts de transport sur ventes

Il s’agit d’évaluer les coûts de transport et de mesurer la productivité des solutions choisies. L’objectif est d’identifier les zones de moindre performance et d’opter pour des actions permettant :

  • d’éviter les surcoûts liés à l’inadéquation de certains modes de transports,
  • de réduire les tarifs proposés par les transporteurs.

Cependant, ces actions ne doivent pas compromettre la satisfaction des clients.


Pour comprendre les principes clés de mise en oeuvre, découvrez les fondamentaux du contrôle de gestion.


Valoriser les postes de coûts

La comptabilité analytique doit être conçue pour valoriser :

  • les coûts globaux de transport,
  • les coûts de transport selon les axes d’analyse appropriés aux besoins de l’entreprise : par client, par zone géographique, par famille de produits, par mode de transport…
  • les différentes composantes des coûts de transport : fret, emballage, assurance, pré-acheminement, post-acheminement et frais annexes

Ces valeurs peuvent constituer un fichier de coûts standard qui facilitera la construction du budget alloué au transport sur ventes.

Mesurer la productivité

La première étape consiste à identifier les facteurs de sous-productivité qui génèrent des surcoûts de transport : expéditions trop fractionnées, mode de transport unique, conditionnement mal adapté au transport, véhicule mal adapté à la charge, révision insuffisante des contrats et tarifs, mauvais dimensionnement du parc de véhicules, tournées de livraisons mal programmées…

Puis, il convient d’associer des indicateurs de pilotage au tableau de bord, en mesurant par exemple : le nombre de colis par expédition, le coût de transport par tonne, le taux d’avaries, le taux de remplissage, l’écart de tarifs des concurrents, le taux d’utilisation, le coût par tournée…

L’évolution des mesures dans le temps rendra compte de l’impact des actions engagées sur l’amélioration de la productivité.

Pour approfondir vos connaissances en méthodes de calcul et démarches d'analyse, je vous propose la formation Cegos Contrôle de gestion des activités commerciales et marketing

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.