La puissance de l’analogie : l’exemple du bilan

    Par le 2 octobre 2018

    La comptabilité est souvent perçue comme un domaine abscond et hermétique pour les non professionnels du secteur, avec son jargon et des conventions difficiles à comprendre. De plus certaines croyances existent : le passif c’est le mauvais côté du bilan, le crédit c’est le bon côté en référence à la lecture de son relevé de banque… Pour lever les incompréhensions, l’analogie est souvent un moyen puissant pour expliquer une notion. En effet, en partant d’un univers connu pour aller vers l’inconnu, on simplifie l’apprentissage. Expliquons par exemple le bilan en faisant une analogie avec le patrimoine d’un individu.

    1ère étape : dresser la liste de ce que vous possédez

    Il s’agit simplement d’énumérer ce que vous possédez et de donner une valeur à ces biens ou créances. Par exemple, vous possédez les éléments suivants (en Keur):

    Ces biens et créances représentent vos actifs qui s’élèvent à 218.

    2ème étape : dresser la liste de ce que vous devez

    Vous listez l’ensemble des dettes que vous supportez. Par exemple, vous pouvez avoir les dettes suivantes :

    L’ensemble de ces dettes représente un montant de 113.

     3ème étape : déterminer votre patrimoine net

    Pour calculer votre « richesse » ou encore le total de vos actifs net des dettes, vous réalisez le calcul suivant : Actifs- Dettes = Patrimoine net, soit 218-113=105

    4ème étape : établir votre bilan

    Nous avons écrit Actifs -Dettes = Patrimoine net, que l’on peut formuler également ainsi :
    Actifs = Patrimoine net + Dettes

    Nous pouvons donc dresser votre bilan :

    De cette construction, nous déduisons nécessairement que l’actif est toujours égal au passif, c’est une règle d’or : l’équilibre du bilan.

    5ème étape : transposer au monde de l’entreprise

    A présent, nous allons pouvoir vous faire transposer la situation construite au monde de l’entreprise et de la comptabilité, sur plusieurs plans :

    • L’entreprise établit son bilan comme un individu en listant ce qu’elle possède et ce qu’elle doit à une date donnée ;
    • Le bilan est par construction toujours équilibré, les ressources (passifs) financent les emplois (actifs) ;
    • Le monde de la comptabilité utilise un vocabulaire spécifique pour désigner les actifs et passifs, par exemple : le patrimoine net représente les capitaux propres, une voiture est une immobilisation corporelle ;

    En conclusion, nous voyons la richesse que l’on peut tirer d’une analogie pour dédramatiser une situation d’apprentissage. En partant d’un univers connu par tous, on favorise à la fois la participation et la mémorisation car les notions et le vocabulaire à acquérir viennent naturellement. L’analogie est de plus particulièrement adaptée aux domaines techniques car elle dédramatise l’apprentissage.

    Pour aller plus loin, découvrez les formations Cegos en Comptabilité et Fiscalité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Abonnez-vous au blog

    Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.