La boite à outils du responsable financier

    Par le 18 avril 2018

    La 3° édition de la boite à outils du responsable financier, publiée aux éditions Dunod, est disponible depuis mars 2018. En tant qu’auteur, je souhaite présenter le concept à ceux qui ne connaissent pas les éditions précédentes et faire un focus sur les nouveaux outils pour ceux qui ont déjà une ou les deux éditions précédentes.

    Le concept de l’ouvrage

    La boite à outils du responsable financier est constituée de 64 fiches, présentant des outils et des méthodes indispensables à la pratique de la finance au quotidien, regroupées en 8 thématiques :

    1. Mesures économiques et financières
    2. Diagnostic financier
    3. Pilotage stratégique et opérationnel
    4. Simulations financières
    5. Optimisation financière
    6. Diversification des financements
    7. Identification et prévention des risques
    8. Sécurisation des risques financiers

    Chaque outil immédiatement utilisable, est traité de façon visuelle sur 2 ou 4 pages. Il inclue l’essentiel en français et en anglais, des conseils méthodologiques, les avantages et les précautions à prendre et, pour certains, un cas d’entreprise commenté.

    Les principales nouveautés de la 3° édition

    Contrairement aux éditions précédentes, une large place est donnée aux modes de financement des entreprises. Des financements innovants se sont développés ces dernières années, suite à la contraction du crédit bancaire aux entreprises. Un certain nombre d’initiatives publiques et privées a été pris pour offrir des financements désintermédiés. Les entreprises ont maintenant la possibilité d’accéder à des financements externes tout en s’affranchissant des contraintes du système bancaire. Un dossier entier est consacré aux financements, en distinguant les financements de haut et de bas de bilan :

    • Financement de haut de bilan ou des investissements
      • L’augmentation de capital
      • Le leverage buy out
      • Le crowdfunding
      • Le crédit syndiqué
      • L’euro placement privé
      • Le prêt interentreprises
      • Le crédit-bail
    • Financement de bas de bilan ou du cycle d’exploitation
      • L’affacturage
      • Les crédits de trésorerie

    Le dossier consacré à l’identification et à la prévention des risques est renforcé avec 3 outils en phase avec l’actualité récente :

    • Le risk appetite consiste à définir le type et le niveau de risque qu’une organisation est prête à accepter pour atteindre ses objectifs stratégiques. Ce niveau de risque voulu correspond à un équilibre entre les bénéfices potentiels de la prise de risque et les menaces inhérentes à tout changement.
    • Le programme de compliance, regroupe l’ensemble des processus qui permettent d’assurer le respect des normes applicables à l’entreprise (pas uniquement juridiques ou financières) par l’ensemble de ses salariés et dirigeants, mais aussi des valeurs et un esprit éthique insufflé par les dirigeants (définition du cercle de la compliance).
    • Le dispositif anti-corruption et trafic d’influence est issue de la loi Sapin 2 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique. La loi du 9 novembre 2016 prévoit que les grandes entreprises doivent mettre en place un dispositif de prévention de la corruption et du trafic d’influence.

    D’autres outils permettent d’améliorer le pilotage de la performance, comme « la culture cash », les indicateurs « EBITDAR, EBITDARM…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Abonnez-vous au blog

    Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.