Mener l’analyse par les flux de trésorerie – partie 1

    Par le 2 janvier 2018

    Le tableau de flux constitue un formidable outil d’analyse qui apporte une vraie valeur ajoutée à la démarche l’analyse financière. Ce document est parfois souvent mal connu des analystes financiers car les comptes individuels ne le prévoient actuellement pas en France. Il convient de savoir lire et interpréter cet état financier et à l’intégrer dans la démarche d’ensemble de l’analyse financière.

    L’importance du tableau de flux

    Le tableau de flux constitue un document essentiel pour mettre en œuvre ou comprendre la gestion financière d’une entreprise car il retrace l’ensemble des origines et utilisations de trésorerie d’une période.

    Il retrace l’ensemble des flux de trésorerie, encaissements et décaissements, d’une période. Il explique comment l’on passe du bilan de l’année N-1 au bilan de l’année N. Pour cette raison, on dit qu’il procure une vision dynamique du bilan.

    Les flux de trésorerie sont regroupés en trois familles :

    Le flux de trésorerie de l’activité (FTA) : il indique quel excédent de trésorerie a été généré par l’activité propre de l’entreprise résultant de son chiffre d’affaires;
    Le flux de trésorerie de l’investissement (FTI)  : il retrace les décaissements qui résultent des acquisitions d’immobilisations, net des encaissements provenant de la cession d’immobilisations;
    Le flux de trésorerie du financement (FTF) : il retrace l’ensemble des encaissements et décaissements relatifs aux choix de financement : apport en capital, versement de dividendes, emprunts émis et remboursés, montants prêtés par les actionnaires, ….

    La somme de tous les flux de trésorerie constitue la variation de trésorerie et débouche sur la position de trésorerie de fin d’année, la même position de trésorerie que celle qui figure sur au bilan de fin de période.

    Le tableau de flux est comparable à un document qui retracerait l’ensemble des entrées et sorties de trésorerie du ménage. Le bilan est quant à lui, un document statique et en cumul.

    Le plan de financement constitue quant à lui le tableau de flux prévisionnel dans le cadre d’un business plan. Il constitue l’outil central pour mettre en œuvre les choix de financement dans le cadre d’un business plan.

    Les analystes financiers n’ont toutefois pas toujours accès à ce document. Les normes comptables françaises relatives aux comptes individuels se limitent au bilan et au compte de résultat. Seuls les comptes consolidés, qu’ils soient en normes IFRS ou françaises (règlement 99-02) prévoient cet état financier. Le directeur financier reconstitue toutefois le tableau de flux de son entreprise pour y voir plus clair pour définir les équilibres de la gestion financière.

    Analyser le flux de trésorerie de l’activité (FTA)

    Le flux de trésorerie de l’activité représente l’excédent de trésorerie généré par les activités principales de l’entreprise, c’est-à-dire son chiffre d’affaires, hors activités d’investissement et de financement. Cet excédent traduit la création de richesse généré par l’entreprise, il est évidemment vital tout à la fois pour rembourser les emprunts, autofinancer une partie des investissements, verser des dividendes,…

    A l’inverse des deux flux suivants, le flux de l’activité se détermine de façon indirecte :

    Flux de trésorerie de l’activité (FTA) = Capacité d’autofinancement (CAF) – Variation du BFR

    La capacité d’autofinancement constitue un excédent de trésorerie « potentiel » ne tenant pas compte des décalages de paiement client – fournisseur. La variation du BFR permet de passer d’un flux potentiel à un flux réel, venant améliorer la position de trésorerie.

    La présentation directe qui n’est pas utilisée en pratique consisterait à faire apparaître directement les encaissements d’exploitation (client) et les décaissements d’exploitation (fournisseurs, salaires, taxes,…).


    La présentation indirecte, seule utilisée en pratique, est bien plus pertinente pour l’analyse car elle permet de voir si la variation du flux de trésorerie de l’activité provient de la profitabilité (CAF) ou dans la gestion du BFR (crise de croissance, mauvaise gestion des stocks, clients).

    Le schéma ci-dessous nous montre que l’’interprétation du flux de trésorerie de l’activité nécessite des données complémentaires extérieures au tableau de flux

    La capacité d’autofinancement a pu augmenter soit parce que les ventes ont augmenté soit parce que les ventes ont été plus profitables. Il est donc indispensable d’analyser la capacité d’autofinancement en lien avec le pourcentage d’évolution des ventes et la capacité d’autofinancement exprimée en pourcentage des ventes.

    Le besoin en fonds de roulement a pu augmenter soit parce que les ventes ont augmenté (crise de croissance) soit parce que les délais d’écoulement du BFR se sont dégradés sur la période. (crise de gestion du BFR). On ne pourra donc analyser correctement la variation du BFR qu’au regard de l’évolution des ventes et des ratios d’écoulement du BFR. : le BFR en jours de ventes HT, le délai d’écoulement des stocks, le délai de paiement client et fournisseur.

    Un flux de trésorerie de l’activité en forte baisse voire négatif ne traduit pas nécessairement une situation dégradée. Ainsi, en période de forte croissance des ventes pour une activité ayant un besoin en fonds de roulement élevé, l’augmentation du BFR sera telle qu’elle rendra le flux de trésorerie de l’activité très faible, voire négatif. Une fois les ventes stabilisées, le BFR cessera d’augmenter et la totalité de la capacité d’autofinancement se retrouvera ainsi dans le flux de trésorerie de l’activité.

    Analyser le flux de trésorerie de l’investissement (FTI)

    Le FTI représente l’effort d’investissement de la période net de cessions, les mouvements relatifs à ce flux doivent nécessairement donner lieu à un mouvement dans les immobilisations au bilan. Les cessions sont évidemment inscrites pour leur prix réel de cession, c’est à dire le flux de trésorerie. cela nécessite d’éliminer la plus ou moins value de cession au niveau de la capacité d’autofinancement.

    Flux de trésorerie de l’investissement (FTI) = -Acquisitions d’immobilisations + cessions

    Pour figurer dans le flux de trésorerie de l’investissement, le mouvement doit en effet avoir comme contrepartie l’augmentation ou la diminution d’une immobilisation au bilan.

    Le FTI traduit l’effort d’investissement de la période. Il est évidemment variable selon les secteurs, que l’on soit dans une activité de service peu capitalistique ou dans l’industrie lourde. Les dépenses d’investissements ne sont pas toujours linéaires. Une entreprise peut investir en dents scie, réaliser une dépense importante une année et peu les 4 ou 5 années suivantes.

    Au-delà des chiffres, l’analyste s’interroge sur la stratégie poursuivie en matière d’investissement :

    • L’entreprise investit-elle de façon organique (immobilisations corporelles) ou a-t-elle une politique de rachats d’entités ?
    • Les investissements constituent-ils un simple renouvellement, une augmentation de la capacité de production, des investissements de productivité, une diversification sur de nouveaux métiers ?
    • L’entreprise poursuit-elle un objectif de croissance organique en investissant principalement dans des immobilisations corporelles ou de croissance externe en acquérant des entités ?
    • Il s’interrogera finalement sur la motivation des cessions d’entités : sont elles contraintes par la nécessité de se désendetter, correspondent-elles à un choix de recentrage ou redéploiement stratégique ?

    Analyser le flux de trésorerie du financement (FTF)

    Il intervient logiquement après les flux d’activité et de financement. Il s’agit en effet de financer les investissements nets de l’autofinancement.

    Le flux de trésorerie du financement retrace les choix de financement de l’entreprise :

    • les flux avec les actionnaires (augmentation de capital et versement de dividendes, comptes courants d’associés
    • les flux avec prêteurs : emprunts émis et remboursés.

    Il apparaît logiquement en troisième position car les choix de financement résultent en partie du moins des flux de l’activité et de l’investissement :

    • Par exemple, une entreprise en croissance qui doit financer des investissements en matériel importants va recourir à des emprunts MLT à moins que le flux de trésorerie de l’activité soit suffisamment élevé pour autofinancer ces investissements.
    • A l’inverse, une entreprise profitable et qui a peu investi sera en mesure de verser un dividende élevé.

    Trois ratios spécifiques au tableau de flux permettent d’analyser les choix de financement :

    1/ Le taux de service de la dette
    Quel pourcentage de la CAF est-il absorbé par le remboursement des emprunts MLT ?
    La norme sur le ratio de capacité dynamique de remboursement intègre l’idée selon laquelle, le remboursement de la part en capital des emprunts ne doit pas absorber plus de 50% de la CAF. A défaut, l’entreprise n’aurait plus la trésorerie suffisante pour investir et verser des dividendes.

    Annuité de remboursement < 50%
    Capacité d’autofinancement

    2/ Le pourcentage des investissements financés par emprunt MLT

    Ce ratio n’est pleinement pertinent que pour les entreprises qui se financent par adossement, essentiellement les PME. Ces dernières n’obtiennent en effet généralement un financement à MLT que pour financer l’acquisition d’une immobilisation

     

    Emprunts MLT souscrits = %

    Acquisition d’immobilisation

    Une des missions du directeur financier dans la gestion financière est de garantir la pérennité à MT de l’entreprise, notamment en veillant à avoir un fonds de roulement élevé. Un FR élevé limite en effet le recours excessif aux crédits de trésorerie qui constituent une ressource précaire pouvant être dénoncée par les prêteurs à un préavis court.

    3/ Le taux de distribution (pay out ratio)

    Le plus souvent, l’entreprise définit la distribution de dividendes en pourcentage du résultat de l’année précédente.
    Il indique le pourcentage du résultat net de l’année N-1 est-il versé au cours de l’année N en dividendes. Il n’est évidemment pas pertinent lorsque l’entreprise verse un dividende exceptionnel représentant plusieurs années de résultat.

    Dividendes versés en N = %
    Résultat net N-1

    Lire aussi : Mener l’analyse par les flux de trésorerie – Partie 2

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    François CHAUMONT Il y a 9 mois

    bonjour,
    j’ai regardé votre vidéo, il ne s’agit pas d’un logiciel d’analyse financière, mais de retraitement de doc comptables en bilan fonctionnel et soldes intermédiaires de gestion. je n’ai pas vu de tableau de flux contrairement à votre présentation ci-dessus. Ce type de logiciels existe de longue date chez les experts comptables et CAC. En première approche je ne vois pas ce qu’il apporte de plus.

    Répondre

      PELAEZ Il y a 9 mois

      Monsieur,
      je vous remercie pour votre commentaire.
      Un tableau de trésorerie est édité par le logiciel;
      Il n’est pas publié car à l’expérience j’ai constaté que les clients du cabinet préféraient le tableau Emploi / ressources qui est plus synthétique et présente les flux de trésorerie à partir de l’EBE Le but du logiciel est de permettre d’éditer rapidement un « analyse » sur 5 ans : ce que les logiciels utilisés en cabinet ne proposent pas toujours, et de faire la relation entre le résultat et la trésorerie.

    Investiss Il y a 7 mois

    Visitez notre site pour avoir un peu plus de nos avis: http://www.investissementporteur.com/

    Répondre

    Jibix Il y a 6 mois

    Article très intéressant.
    Pour ma part, je réalise cette analyse tous les mois; cela dépend évidemment de la structure et des besoins de la Direction.
    Par ailleurs, dans le premier tableau, je fais aussi apparaître une ligne « clients factorisés » dans les flux de trésorerie liés aux financements LMT.

    Répondre

    GHISLAIN MATAND Il y a 5 mois

    Merci pour le service dans le domaine des finances.

    Répondre

    fabienngoie Il y a 4 mois

    Laissez votre message…comment interpreter un tableau de flux de tresorerie ?

    Répondre

    Abonnez-vous au blog

    Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.