L’Europe des paiements, prémices de l’automatisation des échanges inter-entreprises

Par le 14 octobre 2014

Nous vous présentons ci-dessous un avis d’expert écrit par Monsieur Hervé POSTIC, directeur général et associé de la société de conseil UTSIT, spécialisée dans  la relation banque entreprise et de sa dématérialisation

L'Europe des paiements, prémices de l'automatisation des échanges inter-entreprises

Après la création de Target puis Target2 pour les virements interbancaires de gros montant, la mise en place du SEPA en 2014 a permis la création d’un véritable espace de paiements de masse en euros non seulement dans la zone euro mais dans les 28 pays de l’Union et quelques autres. Les virements et prélèvements ont désormais des règles de traitement harmonisées de Brest à Vilnius, de Gibraltar à Helsinki.

Les principaux apports pour le trésorier résident dans l’extension de la zone « domestique » en matière de gestion des flux et des conditions associées, d’une part, et dans la garantie (règlementaire) d’acheminement des informations insérées dans les ordres de paiement qu’il émet et reçoit.

La vitesse d’exécution uniforme apporte au trésorier une certitude quant à la date de valeur de crédit sur le compte de son bénéficiaire et enlève ainsi toute incertitude qui l’obligeait jusqu’à maintenant à recourir à des modes de paiement peu automatisés pour pallier ce manque. Pouvoir utiliser le même moyen de paiement dans tous les cas de figure lui permet de mettre en œuvre un politique de sécurité harmonisée, arme efficace contre toutes les tentatives de fraude dont les entreprises sont l’objet.

Les garantie d’acheminement et obligation de restitution par la banque destinataire à son client ouvrent la voie à une nouvelle approche de la réconciliation des comptes clients/fournisseurs. La première étape réside assurément dans la transmission des références entre les parties, les banques et systèmes de compensation s’abstenant désormais de les perdre ou de les modifier.

Si cette étape est nécessaire, elle n’est sans doute pas suffisante et le développement d’initiatives complémentaires telles que SEPAmail en France, augure réellement de cette nouvelle ère appelée de leurs vœux par les trésoriers et les comptables.

La transmission automatisée des références des commandes et des factures entre tous les acteurs de la vie économique, comme cela peut se faire depuis un quart de siècle dans l’automobile par exemple n’est plus une utopie mais un projet à engager pour toutes les entreprises quels que soient leur taille et leurs partenaires.

La nouveauté réside dans la place que les banques joueront dans ces échanges, bénéficiant de leur habitude d’échanger entre elles et chacune avec ses clients dans leur diversité, en toute sécurité.

Cet avis d’expert figure dans le livre « Gérer la trésorerie et la relation bancaire », 6ème édition, paru aux éditions DUNOD.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.