Le DAF et le développement durable – partie 1

Par le 9 décembre 2013

Un baromètre réalisé en 2013 pour le cabinet BDO et la Compagnie Nationale des Commissaires aux comptes montre que la préoccupation environnementale ne constitue une priorité que pour 6% des responsables financiers. Au travers de deux articles, nous allons nous efforcer de montrer tout l’intérêt pour le DAF de s’intéresser à cette préoccupation.

La montée de la préoccupation environnementale

La responsabilité sociale et environnementale (RSE) constitue une préoccupation croissante des entreprises. Certes, l’importance des enjeux varie selon la nature de l’activité. La loi du 12 juillet 2010 dite loi Grenelle II précise que l’objectif de la démarche est d’inviter toutes les entreprises à s’interroger sur les incidences sociales et environnementales de leur activité pour qu’elles puissent mettre en œuvre les mesures correctives nécessaires.

Cette loi étend notamment l’obligation à partir de 2012 d’émettre un bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) aux entreprises non cotées à partir de certains seuils : entreprises situées en France ayant au moins 500 salariés et un total bilan ou un chiffre d’affaires au moins égal à 100 millions doivent publier ce rapport.

Ce dernier doit chiffrer en équivalent dioxyde de carbone les émissions directes de CO2 provenant de sources fixes et mobiles ainsi que les émissions indirectes (consommation d’électricité, de chaleur, vapeur, froid).

Le rapport retrace généralement l’évolution de ces émissions sur les 3 ou 4 dernières années ramenées à l’évolution de l’activité. A ce bilan s’ajoute une description des mesures prévues à 3 ans sur lesquelles l’entreprise s’engage pour réduire ces émissions. Ce rapport peut être évalué par un cabinet extérieur qui en pointe les éventuelles lacunes.

A titre d’exemple, le rapport RSE 2012 du groupe FROMAGERIES BEL liste les actions suivantes :

  • Mise en place d’une chaudière à bio masse ;
  • Renouvellement du parc véhicules par des véhicules de plus en plus propres ;
  • Optimisation des circuits de ramassage du lait et formation des chauffeurs à l’éco conduite
  • Remplacement des fluides frigogènes R22 par des fluides plus respectueux de l’environnement, ….
    Le groupe communique ensuite sur l’évolution à la baisse depuis les trois dernières années des émissions de GES.

L’entreprise peut instituer une gouvernance spécifique à la RSE

Illustration : le rapport RSE 2012 du groupe FROMAGERIES BEL définit la structure suivante :

« Sous l’autorité du vice-président Ressources Humaines et développement durable, lui-même rattaché au Président directeur général du groupe, la direction RSE diffuse la démarche depuis 2010. Le plan d’engagement opérationnel et les objectifs chiffrés qui en découlent font l’objet d’une validation par la direction générale et d’un suivi par le comité de direction.
La direction RSE a pour mission d’accompagner les différentes directions dans l’élaboration d’une stratégie, de sensibiliser et de former l’ensemble des collaborateurs, de mettre en place des outils de mesure, de partager la politique RSE et les progrès du groupe avec les parties prenantes externes et internes, ….L’impulsion donnée par la direction RSE trouve des relais dans toute l’organisation via deux réseaux dédiés : un réseau d’experts métiers et un réseau de correspondants locaux issus des zones et principaux pays du groupe ».

La norme ISO 26 000 constitue un guide de mise en œuvre de la RSE

Beaucoup d’entreprises l’utilisent comme une aide pour faire un diagnostic et définir une stratégie RSE.
Chaque entreprise doit se positionner par rapport à la préoccupation du développement durable. L’étude de l’INSTITUT RSE MANAGEMENT identifie trois types de réactions :

  • Les entreprises qui gagnent du temps pensant qu’une démarche RSE sera couteuse et pénalisera leur position. Elles sont dans une position d’évitement ;
  • Celles qui jouent le jeu sans plus en adoptant les normes ce qui leur permet de communiquer ;
  • Finalement, celles adoptant une attitude volontariste et font le pari qu’elle leur procurera un avantage concurrentiel.

Les promoteurs de la RSE plaident pour un reporting intégré

Les promoteurs de la RSE plaident pour un reporting intégré qui combine les indicateurs de développement durable et les indicateurs financiers pour obtenir une vision globale de l’entreprise

Concernant les groupes cotés, une enquête de l’Autorité des marchés financiers (AMF) de novembre 2013 menée sur un échantillon indique que la RSE occupe en moyenne 24 pages soit 9% de la taille du document de référence.

L’ISR consiste à prendre en compte dans les décisions d’investissements et de gestion d’actifs des critères sociaux, éthiques ou environnementaux en plus des critères financiers traditionnels. Dans son numéro du 2 décembre, la revue Option Finance publie un dossier sur la « crise de croissance de l’investissement socialement responsable (ISR) ».

Une récente étude du cabinet RSE ETUDE MANAGEMENT mentionne plusieurs travaux qui montrent une corrélation positive entre le degré d’engagement RSE et la performance économique de l’entreprise.

Nous verrons dans l’article La place du DAF dans la RSE – partie 2 en quoi la politique environnementale rejoint les préoccupations fondamentales du DAF : l’amélioration de la performance économique et la maîtrise des risques.

 

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.