La « boite à outils » du Responsable Financier

Par le 20 février 2013

La deuxième édition de cet ouvrage présente 62 outils indispensables à la pratique de la finance au quotidien. Dans cette deuxième édition, l’auteur met l’accent sur le résultat global, le tableau des flux de trésorerie, le reporting financier, le besoin en fonds de roulement, l’endettement net, la création de valeur et le dispositif anti-fraude.

Présentation du livre

Les 62 outils sont répartis autour de sept grandes thématiques du responsable financier :

–          Mesures économiques et financières

–          Diagnostic financier

–          Pilotage stratégique et opérationnel

–          Simulations financières

–          Optimisation financière

–          Identification des risques

–          Sécurisation des risques

Tous les outils sont présentés de façon originale, fournissant aux professionnels de la sphère finance, comme aux étudiants, un contenu directement opérationnel au quotidien :

–          Une présentation synthétique et visuelle

–          Les étapes à suivre pour le mettre en place

–          Des conseils méthodologiques

–          Des conseils pour l’utiliser avec plus d’efficacité

–          Des exemples et illustrations

–          Les points clés en français et en anglais

–          Les avantages et les précautions à prendre lors de son utilisation

Exemple de fiche outil : le dispositif de lutte anti-fraude (extrait)

Le dispositif de lutte anti-fraude doit permettre de prévenir tout risque de non sincérité des comptes liés à un cas de fraude financière avéré (ventes fictives, provisions minorées, perte de valeur non valorisée…), mais également de protéger l’image de marque, la notoriété, les parts de marché, l’atteinte des objectifs… de l’entreprise en cas de fraude majeure hyper médiatisée.

Le dispositif de lutte anti-fraude se matérialise par :

–          Une identification objectivée du risque de fraude et analyse des conséquences

–          Une hiérarchisation du traitement prioritaire des cas de fraude

–          Une mise sous contrôle effective du risque de fraude

Il s’avère nécessaire d’adapter le dispositif de lutte anti-fraude en fonction, soit de différences multi culturelles (relation au risque, relation à l’autorité, niveau d’individualisme…), soit de contraintes légales spécifiques à telle zone géographique ou pays (exemple du dispositif hotline autorisé aux USA dans la loi SOX, mais non conforme au droit du travail ou au droit sur les libertés publiques en France).

Afin d’être plus efficace, l’utilisation d’un progiciel disposant des fonctionnalités de datamining permet d’identifier des transactions comptables atypiques nécessitant une investigation ultérieure.

 « La boite à outils du responsable financier » de Caroline Selmer – chez Dunod

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.