La définition de la trésorerie dans le tableau de flux de trésorerie

Par le 26 avril 2012

Le tableau de flux de trésorerie a pour but d’expliquer la variation de la trésorerie entre deux dates de bilan. Il est donc particulièrement important de définir quels sont les éléments qui composent la trésorerie. La trésorerie comprend les fonds en caisse et les dépôts à vue ainsi que les équivalents de trésorerie. Si les deux premiers éléments ne soulèvent pas de difficultés d’interprétation, il n’en va pas de même pour les équivalents de trésorerie.

Définition des équivalents de trésorerie

La norme IAS 7 (§6) énonce que pour qu’un placement soit compris dans les équivalents de trésorerie, celui-ci doit répondre positivement aux quatre critères cumulatifs :

  • le placement doit être à court terme,
  • le placement doit être très liquide,
  • le placement doit être facilement convertible en un montant connu de trésorerie,
  • le placement doit être soumis à un risque négligeable de changement de valeur.

De plus l’objectif de détention de ces placements est de faire face aux engagements de trésorerie à court terme sinon il s’agit d’investissements.

Pour les entreprises, la question se pose concernant les placements qu’elles effectuent sous forme de part d’OPCVM, dans quelle mesure ces placements font partie des équivalents de trésorerie ?

Le classement des OPCVM en équivalents de trésorerie

Une nouvelle démarche d’analyse a été publiée en septembre 2011 par l’AFTE, l’AF2I et l’AFG à la suite de la nouvelle classification européenne des OPCVM monétaires. Cette démarche a été reprise dans la position n°2011-13 de l’AMF du 23 septembre 2011 relative au classement des OPCVM en équivalents de trésorerie.

Les OPCVM classés par l’AMF dans les catégories « monétaire » et « monétaire court terme » sont présumés   appartenir aux équivalents de trésorerie néanmoins il est nécessaire de vérifier leur éligibilité. Cette validation s’effectue au travers des critères suivants:

  • placement court terme: l’indice de référence de l’OPCVM est un indice du marché monétaire (EONIA, Euribor 3 mois…) et la durée de placement recommandée est inférieure à 3 mois.
  • placement très liquide : l’OPCVM permet une souscription ou un rachat quotidiennement.
  • placement convertible en un montant connu de liquidité: au regard de la liquidité et de l’indexation à un indice du marché monétaire le montant de cession envisageable est connu.
  • placement soumis à un risque négligeable de changement de valeur: Par définition les OPCVM de cette catégorie progressent régulièrement et en liaison avec leur indice de référence. Leur historique de performance doit attester la régularité de leur progression.

Pour les autres OPCVM, il n’y a pas de présomption au classement en équivalent de trésorerie. Pour ces OPCVM, il est donc nécessaire de procéder à une analyse au regard des 4 critères pour valider le classement en équivalent de trésorerie.

Il est donc important de sélectionner dans le cadre de la gestion de trésorerie des OPCVM qui répondent à la définition d’équivalents de trésorerie sinon la présentation au tableau de flux de trésorerie pourrait ne pas refléter la volonté de gestion.

 

Pour aller plus loin

Formation : Gérer la trésorerie

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

action schneider electric Il y a 8 années

Merci pour votre analyse; Cependant vous parlez d’un tableau de flux de trésorerie sans jamais en dessiner un, pouvez vous nous en dire plus ?
Merci

Répondre
    Bruno Bachy

    Bruno Bachy Il y a 8 années

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ce commentaire.Effectivement, le tableau de flux de trésorerie est un document particulièrement riche, de nombreux points sont à développer, cela fera l’objet de billets à venir.
    Bonne journée

Avatar

coutier credit immobilier Il y a 8 années

article interressant je mets dans mes favoris !

Répondre
Avatar

Monteil Il y a 8 années

Pour élargir le débat, un dossier mensuel intitulé  » analyser l’entreprise par les cash flows  » a été édité par la revue Fiduciaire n.398 d’octobre 2012 avec une approche très pédagogique de l’analyse des performances de l’entreprise par les flux de trésorerie.
Je vous le recommande , il est fait notamment mention dans ce dossier du CFDE ( Cash flow disponible entreprise ) comme indicateur de rentabilité mais également du cash flow disponible pour les actionnaires, toutes notions très intéressantes à comprendre.

Répondre
    Bruno Bachy

    Bruno Bachy Il y a 8 années

    Effectivement, ce dossier est très intéressant.
    Bonne lecture

Avatar

Nasser doumbouya Il y a 4 années

Moi j’aimerais savoir la définition de : la variation de la trésorerie

Répondre
Avatar

KODJANI Jean luc Il y a 4 années

MERCI pour votre analyse. j’aimerais savoir si les découverts bancaires récurrents qui fluctue souvent entre disponibilité et découverts font ils partie des équivalents de trésorerie ; si oui pourquoi,?
MERCI

Répondre
    Bruno Bachy

    Bruno Bachy Il y a 4 années

    Bonjour,
    La norme IAS 7 précise: « Les emprunts bancaires sont en général considérés comme des activités de financement. Toutefois, dans certains pays, les découverts bancaires remboursables à vue font partie intégrante de la gestion de la trésorerie de l’entité. Dans ces circonstances, les découverts bancaires constituent une composante de la trésorerie et des équivalents de trésorerie. Une caractéristique de telles conventions bancaires est que le solde bancaire fluctue souvent entre le
    disponible et le découvert. »
    Des découverts correspondant à la gestion quotidienne de la trésorerie répondent à cette définition.

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.