L’analyse financière, une démarche structurée (1/2)

    Par le 28 mars 2017

    Nombreux sont les utilisateurs de l’analyse financière. Acheteurs et vendeurs évaluent la pérennité de leurs fournisseurs ou clients. L’entreprise analyse une cible d’acquisition. Le directeur financier fait l’analyse de son entreprise pour en identifier les points forts, pistes d’amélioration et proposer des plans d’action. Il compare la performance de l’entreprise à celles d’autres entreprises du même secteur (détermination d’un échantillon d’entreprises comparables). Il présente des comptes aux administrateurs, aux banquiers, etc.

    Tous, cependant utilisent une démarche similaire, en différentes étapes. Il est essentiel de suivre un fil conducteur qui permette de faire apparaître des liens de cause à effet entre les différentes étapes, autrement, l’analyste risquerait de se noyer dans la masse d’information.

    La nécessité d’une démarche structurée

    Le schéma ci-dessous retrace les différentes étapes de la démarche d’analyse financière :

    L'analyse financière, une démarche structurée (1/2)

    La période d’analyse de 3 à 4 ans permet de faire ressortir des tendances pluri-annuelles et de pouvoir détecter une année exceptionnellement bonne ou mauvaise.

    L’ordre dans lequel se trouvent les différentes étapes de l’analyse financière constitue un fil conducteur permettant de faire ressortir des liens de cause à effet :

    • Une croissance de l’activité pourra se faire au détriment de la profitabilité si l’entreprise augmente ses remises dans une politique de prise de part de marché ;
    • A l’inverse parfois, la croissance des ventes conduit à une meilleure absorption des charges fixes et à augmentation du résultat plus forte proportionnellement que celle du chiffre d’affaires ;
    • La croissance de l’activité implique d’investir, du moins dans l’industrie, et a pour effet l’augmentation du  besoin en fonds de roulement ;
    • L’amélioration de la profitabilité  augmente les capitaux propres, diminue la nécessité du recours à l’emprunt et améliore la trésorerie ;
    • etc, …

    Analyser l’activité

    L’activité porte sur l’évolution du chiffre d’affaires ou de la production. Elle constitue la première étape car elle conditionne largement les étapes suivantes, la profitabilité et les équilibres financiers.

    Analyser l’activité consiste au minimum à interpréter le pourcentage d’évolution du chiffre d’affaires. L’analyse interne s’efforce de décomposer ce pourcentage en termes d’évolution des prix, des quantités vendues, voire d’un effet de change. Il s’efforce ensuite de définir sur quel type de produit, de clientèle, de marché l’entreprise s’est développée ? A-t-elle développé des relais de croissance, a-t-elle au contraire des activités en déclin ? Concernant les groupes cotés, les normes IFRS imposent, dans le cadre de l’information sectorielle (IFRS 8) de décomposer plusieurs agrégats dont le produit des activités ordinaires par secteurs opérationnels (géographique et/ou métier) dès lors que ce segment revêt une importance relative particulière (notamment, si ses revenus représentent au moins 10% des revenus du groupe).

    L’analyse du modèle de revenu fait partie intégrante de l’analyse de l’activité. Comme la notion de modèle économique, cette notion est apparue avec les premières sociétés de l’Internet. De fait, ces entreprises ont trouvé des modes originaux de génération du chiffre d’affaires (référencements payants pour Google, annonces publicitaires intercalées dans les messages pour Twitter ou Facebook, modèle freemium pour Wetransfer…). Pour enrichir son modèle de revenu, l’entreprise s’efforce de développer plusieurs sources de chiffre d’affaires à partir du même actif ou de la même compétence clé, à la fois pour générer davantage de chiffre d’affaires et réduire les risques liés à un produit ou prestation unique.

    Exemple :

    • BENETEAU produit des bateaux à voile et à moteur hauts de gamme depuis 1884. Lors de la crise économique de 2008, l’entreprise a développé un partenariat avec un constructeur de caravanes de luxe pour réaliser les habitacles de ces caravanes assez similaires à ceux de ses bateaux. Un de ses savoir faire clé consiste en effet savoir construire des habitables haut de gamme.

    Beaucoup de groupes réalisant leur activité sur un secteur cyclique développent une activité de service complémentaire qui génère un chiffre d’affaires plus stable. Exemple :

    • La société de services informatiques CAP GEMINI fait du développement de l’infogérance un axe stratégique. Cette activité qui consiste à exploiter le service informatique de ses clients est en effet une source de revenus beaucoup plus stable que celle des développements de systèmes informatiques qui sont largement dépendants de la conjoncture économique.

    Plus largement, l’analyse de l’activité évolue souvent vers l’analyse stratégique : quelle est la dynamique du marché sur lequel l’entreprise est positionnée, quelle est la place de l’entreprise sur son marché, quels sont les segments de marché, ses atouts et faiblesses par rapport à ses concurrents, ses chances de survie si un processus de concentration est en place…

    Analyser la profitabilité ou création de richesse

    Les causes de variation du résultat

    Elles s’analysent en deux grands effets, l’effet ciseau et absorption des charges fixes :

    • L’effet ciseau constitue une évolution favorable ou défavorable d’un prix de vente par rapport à un coût d’achat. L’avantage du tableau des soldes intermédiaires de gestion (TSIG) est de faire apparaître clairement cet effet par la variation du taux de marge commerciale pour un distributeur ou du taux de marge brute pour un industriel ou prestataire. Ces deux taux de marge se déterminent par comparaison entre le prix de vente et le coût d’achat des marchandises ou matières premières.
    • Lorsque l’on parle de l’effet absorption des charges fixes en analyse financière, il ne s’agit pas de calculer un chiffre d’affaires point mort mais plus simplement de constater une meilleure ou moins bonne absorption des charges fixes sur la période. L’analyste analyse l’évolution des postes de charge à dominante fixe que sont les autres achats, les frais de personnel, et la dotation aux amortissements, exprimés en pourcentage des ventes.

    Exemples d’effets absorptions de charges fixes favorables :

    • Le chiffre d’affaires augmente de 15% à effectifs constants ;
    • L’entreprise renégocie son bail commercial en réduisant la superficie de ses locaux.

    Exemples d’effets absorption de charges fixes défavorables :

    • Le chiffre d’affaires diminue sans diminution corrélative des charges d’exploitation ;
    • L’entreprise vient d’ouvrir une nouvelle agence commerciale, générant des charges fixes supplémentaires sans que les revenus issus de cette nouvelle activité apparaissent (on parlera alors d’effet de latence car l’augmentation des ventes est attendue sur les périodes futures).

    Charges par nature ou par fonctions

    Les normes comptables françaises applicables aux comptes individuels imposent une présentation des charges par nature permettant d’exploiter le tableau des soldes intermédiaires de gestion (TSIG) dont chaque résultat intermédiaire a un intérêt dans l’analyse de la profitabilité :

    • Les taux de marge commerciale (distribution)  ou brute (industrie) permettent de repérer un effet ciseau car ils sont calculés exclusivement sur coût d’achat ;
    • Le taux de valeur ajoutée comparé à celui d’autres entreprises du même secteur permet de repérer si l’entreprise fait ou non davantage recours à l’externalisation que la moyenne du secteur. Cette information est intéressante dans la mesure où l’externalisation des activités estimées non stratégiques peut rendre l’entreprise plus flexible ;
    • Le taux d’excédent brut d’exploitation constitue un indicateur de flux de trésorerie d’exploitation, il n’est pas affecté par les charges calculées, amortissements et provisions ;
    • Le taux de résultat d’exploitation mesure la profitabilité de l’ensemble de l’exploitation ;
    • Le résultat courant mesure la profitabilité hors évènements exceptionnels, non reconductibles.

    L’intérêt du compte de résultat avec les charges par fonctions (approche anglo-saxonne) est de confronter le coût de chaque fonction (production, commerciale, administrative, R&D), exprimé en pourcentage des ventes à d’autres entreprises comparables. Ainsi, constater que le coût de la fonction commerciale de mon entreprise représente 15% des ventes alors qu’il n’en représente que 12% pour mes concurrents m’amène à m’interroger sur l’organisation de cette fonction.

    Les normes IFRS laissent en effet aux groupes la latitude de présenter les charges par nature ou regroupées par fonction. La SFAF (société française des analystes financiers) a exprimé à plusieurs reprises sa préférence, en tant qu’analyste externe, pour une présentation des charges par nature permettant de mieux repérer les effets ciseau et absorption de charges fixes.

    Les investissements et financements de la période

    Si l’analyste dispose du tableau de flux, il peut repérer les investissements en immobilisations et leur mode de financement ainsi que l’ensemble des flux de trésorerie relatifs au financement de la période (remboursements d’emprunts, versements de dividendes,..). En rendant visibles les flux de chaque période, le tableau de flux apporte une valeur ajoutée par rapport au bilan qui donne une vision statique et cumulée.

    Rappelons qu’actuellement en France, ce tableau de flux n’est obligatoire que pour les comptes consolidés. Il est toutefois possible de reconstituer les flux de trésorerie d’une période à partir des annexes fiscales.

    Dans la seconde partie de cet article, nous traiterons  les points suivants :

    • Analyser les équilibres financiers ;
    • L’analyse des ratios de rentabilité économique et sur capitaux propres ;
    • Les qualités requises pour mener une analyse financière ;
    • La nécessité d’extrapoler l’analyse du passé vers l’avenir.

    Lire la 2ème partie de l’article : Analyse financière, une démarche structurée

    Pour approfondir la démarche et se familiariser avec les outils de l’analyse financière :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Thierry Il y a 3 semaines

    Je fais aussi un bilan de la situation financière de mon entreprise régulièrement. Cependant, j’avoue que la méthode que j’utilise n’est pas très structurée, même si j’arrive à mes fins. Merci pour cette publication très détaillée.
    Au revoir

    Répondre