Contrôleur de gestion du Système d’Information : un métier relativement jeune

Par Caroline Selmer le 15 mars 2012

Il ressort de l’enquête conduite par MJN conseil sur le contrôle de gestion informatique, une pratique insuffisante des études de rentabilité prévisionnelle des nouveaux projets et, une absence de procédures relatives au système de contrôle de gestion informatique.

Dans leur ouvrage « Le contrôle de gestion du SI », C. Lorenzi et J. Nau présentent les enjeux du pilotage des coûts et des gains de la fonction système d’information, ainsi que des méthodes et outils de gestion couramment utilisés en entreprise.

Les enjeux du contrôle de gestion du SI

En considérant l’utilisation des outils informatiques par les employés, le budget SI représente 10 à 50% du budget total de fonctionnement d’une entreprise. C’est donc le premier facteur de coût d’une entreprise.

Pour fonctionner, le contrôle de gestion informatique couvre les cinq étapes fondamentales de tout système de pilotage :

  • Planification stratégique et opérationnelle
  • Modélisation du système de gestion
  • Conception et animation de la procédure budgétaire
  • Mesure des performances
  • Contrôle de performances

Le contrôle de gestion du SI suppose une consolidation du budget de la DSI et du budget du système d’information. La priorité est axée sur une meilleure connaissance des coûts :

  • Couvrir de manière exhaustive le périmètre informatique
  • Passer des coûts informatiques visibles aux coûts cachés
  • Passer des coûts visibles et cachés aux coûts du SI

Méthodes et outils pour la maîtrise des coûts informatiques

Le livre présente un certain nombre de méthodes et outils permettant d’asseoir le contrôle de gestion sur des bases solides :

  1. La comptabilité analytique afin de mesurer les coûts informatique : modélisation en coût standard, inventaires de ressources, approche ABC
  2. Les budgets de fonctionnement avec une modélisation des sections homogènes en coût standard : permettre la valorisation des prestations informatiques et l’analyse de l’écart d’activité
  3. Les budgets de développement intégrés à la procédure de sélection des investissements : respect des critères de rentabilité fixés par la direction financière, mise en place d’indicateurs spécifiques au suivi et au contrôle ultérieur des gains.
  4. L’analyse de la valeur pour optimiser une application en phase d’exploitation, ou valider une solution choisie avant le lancement d’un projet.
  5. La refacturation des prestations informatiques : modélisation des processus de production des prestations, élaboration de coûts standards des principaux composants de l’infrastructure technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

bouhedli mohamed nassim Il y a 4 mois (19h51)

Excellent article merci et bonne continuation

Répondre